Publié le

Espace participatif – 1 – les formes pensées

Bonjour les Nactifs et les Ninteractifs  !

Ceci est votre espace de participation privé.
Appuyez-vous sur la vidéo pour rechercher vos concepts.
Vous pouvez  poser vos questions et soumettre vos idées dans les commentaires.
Pour les dessins, envoyez-les à l’aide du formulaire pour les messages ci-dessous en indiquant votre nom ou pseudo dans le titre de l’image.
Attention à ne pas dépasser 8 Mo. Une fois validé, vos dessins apparaîtront sur cette page.

Envoyer un nouveau message

11 réflexions au sujet de « Espace participatif – 1 – les formes pensées »

  1. Allez-y ! Lancez-vous si vous avez des idées pour les formes pensées !

  2. voilà comment je vois la peur se matérialiser.
    je suis partie des expressions de la langue française ” peur bleue” et “vert de trouille” pour le teint du personnage dans les bleu-vert
    pour la silhouette j’ai pensé à un légume bien connu en Alsace, l’asperge.
    pourquoi : parce que j’imagine la peur comme un personnage tout frêle qui tremble un peu et qui aurait les yeux un peu exorbité et puis comme l’asperge est diurétique ça m’a fait rappelé le pipi de trouille quand on doit passer un examen
    je vois le personnage avoir des sueurs froides ( des petites gouttelettes autour de lui) et des flaques à ses pieds
    si bien que les gens glissent dans ses flaques et forment des grognons

    1. Excellent Crole ! Je crois bien que la trouille va se trouver un corps dans le Bretzel sacré !

    2. Super l’idée de l’asperge !

  3. Voici ma proposition pour la matérialisation de la joie :
    Le bonhomme, avec un immense sourire et les yeux écarquillés, gonflerait du buste et deviendrait léger, léger, léger… jusqu’à s’élever du sol.
    Rond et léger comme un ballon, puis illuminé de l’intérieur comme un soleil.
    Un ballon-soleil.
    Ce ballon lumineux serait accroché à la poitrine de son propriétaire et serait capable de l’aider dans certaines situations : il le soulèverait au dessus des fossés, le rendrait plus rapide, l’abriterait de la pluie, éclairerait la nuit, etc.
    En gros, la joie facilite la vie 🙂

    1. pour faire écho à Sourya, je verrais la crainte être tout le contraire, un poids lourd, un truc sombre écrasant, quelque chose qui s’enfonce sous les pas, une trace qui reste visible, pour moi la crainte est représentée par l’arrivée d’hommes en uniforme, c’est le signe qu’il va se passer quelque chose d’important et de grave, on sent un événement qui n’est pas encore là, alors, un animal que l’on craint, un hippopo, un croco, celui caché sous l’eau qui surgit, on sait qu’il est là mais on ne le voit pas, un animal qui faire peur mais qui peut arriver à tous moments, le serpent est pris déjà dans l’histoire, en tous les cas, un danger sournois qui rôde et qui peut sortir de sa cachette n’importe quand, je verrais bien dans un dessin, un petit signe, une ombre, une illusion , pour prévenir ce sentiment qui nous tient et peut se transformer en peur, voilà! pas très gai ce matin! demain ça ira mieux! bisous!!!!!!!!

      1. Oui Muriel, la peur peut prendre ces tournures. Mais comment plus précisément pourrions-nous la figurer ? Une ombre, une illusion… mais quelle forme de vie plus précisément ? Quels comportements ensuite pour cette créature ?

        1. pour aller contre la peur, mais là c’est la crainte, il faudrait quelque chose qui protège, soit pour se cacher, soit pour se défendre, un bouclier, une épée, (désolée, plus fort que moi)j’ai vu que la clef peut être un symbole de protection, après, suspicion, j’ai pensé à quelqu’un qui écoute aux portes, je ne sais pas comment rendre cela de façon matériel, et pour la surprise; un cornet en papier comme on avait dans les boulangeries , un bonhomme ou une dame surprise en forme de cornet , papier, glace, gâteau, enfin un truc qui fait plaisir et qui surprend!

    2. Bien vu Sourya, le petit soleil de joie !
      Ce qui est nouveau dans le concept, c’est que ces formes-pensées matérialisées, ces créatures, peuvent être interactives avec leur “propriétaire”. Le soulever au-dessus des fossés, ça va loin… excellent !

    3. pour reprendre un peu l’idée de Sourya je voyais la joie comme une sphère aussi mais plus comme un grain de raisin qui mis en grappe donnerai dans la surface notre raisin pour faire le vin d’Alsace. comme un nectar de joie
      et justement ce grain solitaire rechercherai à tout prix à se mettre en grappe.
      en solitaire il aurai plus un aspect enfantin comme un rire d’enfant et en grappe il aurai plus l’aspect d’un adulte comme lors d’une réunion de famille ou d’amis avec un grand sourire plein de rides (et quand il ride trop ça fait un raisin sec … je crois qu’il faut que j’arrête le raisin fermenté lol )

  4. Super Crole, l’idée du grain de raisin qui cherche ses frères…! Les interactions avec la Surface ne sont pas au programme du prmier tome du Bretzel sacré mais l’idée de la grappe est excellente. Le raisin sec… MDR…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *